Les soufflets Tourlonias : une référence

La fabrication de soufflet de cheminée est l’activité historique de la Maison Tourlonias, et elle se poursuit encore aujourd’hui, avec un savoir-faire accumulé sur 4 générations.

Cette activité a été officiellement lancée par Jean Tourlonias en 1895, après son mariage avec Eugénie Chardon. Dans son petit atelier situé dans le bourg de Vertolaye, Jean assemblait avec ses ouvriers plusieurs types de soufflets, dont le fameux « Inusable », un soufflet de ménage primé à Clermont-Ferrand en 1910.

Dans les années 1930, la société Vve Tourlonias-Chardon & Fils proposait de nombreux modèles pour les vignerons, les apiculteurs, les plombiers… A partir de 1947, toutes les étapes de fabrication furent réalisées sur place, dans un nouvel atelier situé à la Combette, sur les hauteurs de Vertolaye.

Dans les années 1970, le succès était tel que la SA Tourlonias exportait ses soufflets en Angleterre, en Allemagne et en Belgique. En 1980 Vertolaye méritait pleinement le titre de Capitale Européenne du Soufflet.

A partir des années 80, la demande en soufflets de ménage a commencé à baisser, les foyers de cheminée ouverts étant de moins en moins utilisés. Néanmoins, Tourlonias 1895 continue à produire des soufflets artisanaux de très haute qualité, appréciés par les connaisseurs.

Retrouvez tous nos soufflets dans notre boutique en ligne !

Visitez notre boutique



Les étapes de fabrication d’un soufflet

♦ A partir de bois de hêtre sêché, la forme du soufflet est découpée. Les trous d’aspiration et l’orifice d’expiration sont creusés, et la pièce est fendue dans la longueur. On obtient alors deux flasques : le dessous et la palette. Chaque face est poncée et brossée pour obtenir le poli désiré.

♦ Les décorations du soufflets sont creusées par une machine à deux scies tournantes. Une finition manuelle est réalisée sur les gravures du bois.

♦ Une fois gravées, les flasques sont teintes au bain ou au pistolet. Aprés la teinte, le soufflet est à nouveau brossé, car la teinture fait ressortir les pores du bois.

♦ Le cuir de mouton, teinté et patiné, qui servira à habiller le soufflet est découpé aux dimensions requises.

♦ Le ressort interne est agrafé entre le dessous et la palette du soufflet, ainsi que l’âme (petite pièce en cuir qui recouvre l’extrémité du soufflet)

♦ Le cuir est positionné sur les deux flasques et cloué et l’embout métallique est ajouté à l’extrémité du soufflet.